Bye John

Exceptionnellement, un billet qui n’a rien à voir avec la politique. S’il vous plaît poursuivez votre lecture quand même, j’ai mis du temps avant de pouvoir l’écrire…

Je veux vous parler de quelqu’un que je connais depuis relativement peu, et l’écrire me surprend, car il est devenu rapidement un ami proche, du genre de ceux qu’on a l’impression d’avoir toujours connus. Il avait ce don, de pouvoir toucher les gens qu’il rencontrait, de tisser des liens très forts avec chacun. Si bien que tout le monde de l’escalade a perdu un être cher à la fin de l’année 2015, lorsque John Ellison n’a plus pu lutter contre son double cancer.

On lui avait annoncé un cancer agressif, et un autre incurable, il y a environ quatre ans. Une double peine. Une nouvelle qui en aurait assommé plus d’un. Mais John y a vite vu une opportunité, une chance. Il m’a dit un jour qu’il a vraiment commencé à vivre le jour où on lui a annoncé que sa vie avait une date de péremption rapprochée. On lui a donné 2 ans. Il a joué les prolongations, puisant sa force dans l’énergie qu’il trouvait dans la communauté de l’escalade.

Il pleut ? Chantons sous la pluie... John était toujours à la recherche du positif.

Il pleut ? Chantons sous la pluie… John était toujours à la recherche du positif.

C’est cet esprit de communauté qui lui avait donné l’idée de saisir cette ‘chance’ et de lancer CAC : Climbers Against Cancer (les grimpeurs contre le cancer). En anglais, phonétiquement, CAC évoque plutôt le caca, et c’est avec son sens de l’humour caractéristique que John avait trouvé ça plutôt à propos. Il s’est dit qu’on avait besoin de briser les tabous autour du cancer, d’en parler ouvertement, surtout auprès des jeunes, et que si on pouvait vendre quelques T shirts au passage pour récolter des fonds pour la recherche ce ne serait pas mal non plus. Il pensait que la famille de la grimpe l’aiderait un peu dans sa démarche.

C’est peu dire. CAC a été lancé il y a 3 ans, et depuis, des centaines de milliers d’euros ont été récoltés et redistribués par la vente de T shirts, de sweats, de bonnets, de slips, de badges thermocollants… au profit de cette cause. John a sillonné la terre pour porter le message de CAC, pour sensibiliser autour de ce fléau.

John m’a demandé de devenir ambassadrice pour CAC en France, et j’ai dit oui tout de suite. C’était d’ailleurs difficile de lui dire non. Comment refuser quoi que ce soit à cet homme qui, malgré son pronostic, malgré sa douleur constante, souriait tout le temps, s’intéressait aux autres, avait une énergie apparemment inépuisable pour cette initiative en particulier et pour la vie en générale ? Il est venu plusieurs fois en France et me demandait de traduire ce qu’il voulait dire au public. Et qu’est-ce qu’il pouvait parler ! D’ailleurs notre première conversation a seulement pris fin parce que mon téléphone a manqué de batterie… il était pourtant bien chargé au début !

Très dur de traduire en direct et sans craquer la phrase ‘je ne sais pas pour combien de temps j’en ai encore…’ quand ça sort de la bouche d’un ami… mais ce n’était jamais une plainte. ‘Pauvre de moi’ ne faisait pas partie de son logiciel. C’était pour dire ‘Profitez de la vie. Vous les jeunes, vous avez l’impression d’être immortels, c’est normal, mais c’est faux… croquez-la !’. Et loin de ne pas se sentir concernés par la question, les jeunes (et moins jeunes) se ruaient sur les T shirts pour soutenir la cause. Et plus important encore, aux yeux de John, ils venaient lui poser des questions. Questions auxquelles il répondait franchement, sans détour. Ca se soldait souvent par des larmes chez l’autre, mais par le sourire chez John.

A Briançon en 2013 John était venu à la Coupe du Monde pour présenter un chèque à la Ligue Contre le Cancer, après seulement 6 mois de fonctionnement de CAC. On s’est entendu avec les organisateurs pour faire la présentation juste avant la finale, profitant ainsi d’un maximum de spectateurs et de médias.

John & Sophie, déjà les meilleurs potes du monde

John & Sophie, devenus les meilleurs potes du monde à Briançon 2013

Il faisait très très chaud au quartier Berwick pendant les qualifications, John avait pris refuge à un moment donné dans les bureaux de l’organisation pour se rafraichir un peu, s’hydrater (après avoir discuté toute la matinée avec plein de gens en plein soleil). Ma fille Sophie, qui avait 12 ans à l’époque, lui avait tenu compagnie. Ils y sont restés longtemps. Et quand je les ai retrouvés après, John avait un sourire énorme. ‘Je viens de passer un super moment avec Sophie dis donc. Elle m’a posé plein de questions. De très bonnes questions d’ailleurs, c’est trop cool.’ Lui bondissait sur place, ravi et plein d’énergie. Sophie était épuisée par contre ! Elle avait trouvé la conversation assez éprouvante, mais elle a bien digéré tout ce qu’il lui a dit. Elle s’est d’ailleurs empressée de lui faire un bracelet de l’amitié (qu’il a gardé tous les jours jusqu’à ce que le bracelet se casse à l’automne cette année, et lui en a fabriqué un nouveau qu’il a eu le temps de recevoir avant qu’il ne parte), ils étaient devenus de vrais ‘potes’.

Présentation du chèque à la Ligue, en compagnie de Gérard Fromm, Maire de Briançon (à gauche)

Présentation du chèque à la Ligue, en compagnie de Gérard Fromm, Maire de Briançon (à gauche)

Si bien que quand il nous a fallu monter sur scène à Briançon pour faire la présentation du gros chèque factice (11,500 euros au profit de la Ligue), John a demandé à Sophie de venir aussi. Sur le coup elle était un peu impressionnée (il y avait ‘juste’ plus de 3000 personnes dans le public !) mais ça reste un moment inoubliable pour elle, et si j’en parle c’est parce que c’est typique de John d’avoir pensé l’inclure, représentant ainsi la jeune génération qu’il voulait tant sensibiliser.

 

On savait tous que John était en sursis, mais le voir avec tant d’énergie, avec ce sourire… quelque part ça semblait irréel, impossible, qu’il nous quitte. Et pourtant…

A Arco, aux championnats du monde des jeunes à la fin de cet été, on commençait à voir que les choses avaient pris une mauvaise tournure. Il a ensuite frôlé la mort en novembre quand la tumeur avait commencé à attaquer un rein. Une intervention lui a donné quelques semaines de plus, mais à la fin la douleur était devenue insupportable. Au moins maintenant il ne souffre plus.

Ses obsèques auront lieu la semaine prochaine, jeudi 14 à 11h mais je n’irai pas. La date, l’horaire et le lieu sont très compliqués par rapport à des obligations ici, mais aussi et surtout parce qu’on s’est dit tout ce qu’on avait à se dire au mois de décembre. Pour moi, les funérailles sont pour ceux qui restent, pas pour ceux qui sont partis. Je les ai en horreur, je ne supporte pas de voir le désarroi des proches, je pleure comme une madeleine (même si  je connais à peine les gens), c’est plus fort que moi, alors je ne pense pas que je serais d’une quelconque utilité ou réconfort pour sa famille et ses autres amis, bien au contraire.

Je porterai plutôt un toast à sa mémoire, en tenue CAC bien évidemment, en pensant à ses blagues lamentables, tellement nulles qu’on riait quand même, au truc qu’il faisait avec ses doigts et ses cuisses (impossible à décrire, c’était très rapide et faisait clickety clic clic clic clickety clic…), à son accent du Lancashire incompréhensible, à sa mémoire encyclopédique en matière de musique des années 70 et 80 et évidemment à son sourire. Aussi, à sa capacité inépuisable de voir le meilleur côté des gens. A une époque où l’humanité montre pas mal son côté obscur, il nous faudrait davantage de John, ou être davantage comme lui…

Pour symboliser sa recherche du positif, et par rapport à ce qu’il lui arrivait, John disait « il faut qu’il fasse bien nuit pour voir les étoiles ».

Il y a une étoile de plus dans le ciel depuis qu’il est parti.

 

Si vous voulez contribuer à cette cause qui a réuni toute la communauté des grimpeurs, rendez vous sur www.climbersagainstcancer.org. Vous y trouverez tous les vêtements dans la rubrique ‘Shop’ (ainsi que des prises, des volumes…) ou bien vous pouvez cliquer sur ‘Click here to donate’ en haut à droite de l’écran pour faire un don.

Partager sur Facebook

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Rechercher sur le site :

La 8e circonscription est la plus vaste des 14 circonscriptions du Rhône. A la fois urbaine et rurale, elle regroupe les cantons d'Amplepuis, l'Arbresle, le Bois d'Oingt, Ecully, Lamure sur Azergues, Tarare et Thizy

Abonnez-vous!

Recevez les dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!

Elus 2.0

Archives