Pas de programme ? Pas de position ? Pas de problème

J’ai lu avec une certaine stupéfaction un article de politis.fr qui raconte un peu ce qui s’est passé au Conseil National du PS hier. Ou plus exactement ce qui ne s’est pas passé. Et j’avoue que j’ai d’abord cru à une blague. Mais comme il faut toujours croiser ses sources, je m’aperçois que Marianne relate la même chose. Je parle essentiellement de deux aspects :

1/ Il n’y aura pas de programme PS pour 2017 et

2/ Il n’y a pas de position du PS dans le débat sur la déchéance de la nationalité

Prenons dans l’ordre.

1/ Politis cite le Premier Secrétaire du PS, M. Cambadélis :

« Notre parti n’a aucun intérêt à rejouer la pièce des élections précédentes, où le temps passé à discuter et à se disputer pour élaborer un programme est inversement proportionnel au temps que le candidat passe à le lire et à le reproduire. »

Et comme le dit si bien l’auteur de l’article Michel Soudais, le PS assume donc qu’avoir un programme ne sert à rien puisque ses candidats ne l’appliqueront pas ensuite.

En tout cas, comme je l’ai déjà dit dans des billets précédents, on en a la preuve aujourd’hui (ISF, vote des étrangers aux élections locales et j’en passe et des meilleurs).

Et qu’aura-t-on a la place ?  « un champ d’idées et de débats » Un champ de ruines, oui.

Parce que soyons logiques, s’il n’y pas de programme, tous les candidats pourraient inclure ou omettre ce qu’ils veulent dans leur propagande. Sortir du nucléaire ? Oui pour certains, pas question pour d’autres (parce que cela n’a jamais été tranché au PS).  Politique d’austérité ? Oui ou non, selon le candidat ou la candidate. 35h ? le loto du code postal pour savoir si votre futur Député les soutiendra ou non.

Devant l’électorat donc, une cacophonie totale. Mais ensuite, les quelques élu(e)s qui auront su remporter les suffrages sur leur circonscription, mais qui auront eu chacun(e) un programme très personnalisé, devront former un groupe parlementaire. Pour défendre quelle(s) position(s) commune(s) ?

Comme tirage de balle dans le pied c’est quand même énorme, à un moment où la gauche a tellement besoin de s’affirmer…

Et quel aveu d’impuissance de la part d’un Premier Secrétaire qui est arrivé à la tête du Parti dans les conditions que vous connaissez…

Ce qui nous amène également au 2/ où l’impuissance se fait remplacer par la dictature, puisque la direction du PS a refusé de faire voter le Conseil sur une motion de la motion B, « A gauche, pour gagner ! » (la mienne avant de quitter le Parti).  Cette motion demande le retrait de la déchéance de nationalité de la révision constitutionnelle qui est actuellement en débat par les parlementaires. Plusieurs fédérations, se sont prononcées contre la déchéance, y compris celle du Président de l’Assemblée Nationale, et celle du Rhône. Ce qu’en dit Camba ? « Si je n’ai jamais demandé au PS de prendre parti pour la déchéance c’est pour ne pas diviser le parti ». Ne parlons pas de choses qui fâchent.

Quand j’ai annoncé que je ne reprenais pas ma carte au PS en 2016, certains m’ont suggéré qu’il fallait peut-être distinguer entre le gouvernement et le Parti. Mais maintenant je pense qu’on a la démonstration que le Parti ne sert plus à rien, que son rôle de contre-pouvoir, de gouvernail est inexistant. Tout comme sur la question des primaires, vous avez même l’exemple parfait des dysfonctionnements dus au fait que le Parti (comme d’autres) est géré par des élus. Pourquoi Camba ne fait pas voter la motion de Christian Paul ? Pour pas mettre Hollande et Valls en difficulté. Circulez, il n’y a rien à voir.

Faire accepter au CN de ne pas avoir de programme, c’est quand même ubuesque, et ce n’est pas fait pour qu’on sorte du culte de la personne pour les présidentielles.

En tout cas, aujourd’hui dimanche 7 février, pendant qu’il y en a qui lustrent la bagnole, y en a d’autres qui briquent la machine à perdre.

 

Partager sur Facebook

Pas de commentaires pour le moment

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Rechercher sur le site :

La 8e circonscription est la plus vaste des 14 circonscriptions du Rhône. A la fois urbaine et rurale, elle regroupe les cantons d'Amplepuis, l'Arbresle, le Bois d'Oingt, Ecully, Lamure sur Azergues, Tarare et Thizy

Abonnez-vous!

Recevez les dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!

Elus 2.0

Archives