Passions (et savoir-faire)

Une revenante !

Et oui, je m’aperçois que cela fera bientôt 2 ans que je n’ai pas pris ma plume, enfin clavier, pour animer ce blog (déjà peu grand depuis un moment).  Un fait qui m’a été reproché (très gentiment) par un jeune monsieur lors de l’inauguration de l’édition 2015 de Passion et Savoir-faire, cette manifestation culturelle et créative que la Mairie de l’Arbresle propose depuis plusieurs années.

12049130_10153620139368537_8038288790868198481_n

Un personnage de l’exposition ‘Passion et savoir-faire’

Et le hasard veut que mon dernier billet ici parlait du baptême républicain, un billet qui avait particulièrement intéressé le jeune homme en question, alors que ce matin même je venais d’en célébrer un en Mairie pour un petit Arbreslois de 7 ans.

J’expliquais à mon interlocuteur que le blog m’avait posé un vrai cas de conscience. Membre du PS depuis 2001, j’ai toujours considéré que les débats devaient avoir lieu en interne, c’est même une vraie force du Parti, mais qu’à l’extérieur, il fallait respecter la ligne. Sinon, c’est le chaos, et avoir sa carte n’a guère de sens.

Pour le mandat municipal, notre service de communication fait un excellent travail, idem les collaborateurs du groupe socialiste à la Région, je ne voyais guère l’intérêt de faire du copier/coller de ce qui se disait très bien par ailleurs. Une communication de groupe, et non individuelle.

Et puis, après mon élection au Département, j’ai traversé une période de déprime totale, quand j’ai compris le ton que ce mandat allait prendre. On est en face d’une droite très très dure, notre minorité aura du mal à se faire entendre… mais on fera le boulot sur le terrain, en essayant de régler les problèmes de nos concitoyens et de nos communes, un par un s’il le faut.

Restait donc l’actualité nationale. On me disait quand j’étais petite ‘si tu n’as rien de sympa à dire, il vaut mieux te taire’. Alors le tout dans le tout, je me suis interdit de la commenter. A part peut-être 2 ou 3 partages sur Facebook ou Twitter qui pouvaient laisser entrevoir un petit souci, parce que ces jours-là c’était plus fort que moi.

Mais autant vous dire, voilà, je ne me reconnais pas du tout dans la politique du gouvernement actuel.

Le discours du Bourget et celui de Dijon ? Oubliés. Déception totale.

Un pacte qui arrange le patronat, sans contrepartie.

Un Macron qui se permet des annonces qui feraient tousser bien des UMP (je ne peux pas les appeler des Républicains, désolée).

Une ligne politique d’austérité, alors que jamais jamais jamais dans l’histoire une telle politique n’a permis de sortir d’une crise économique. Qu’on n’ait pas renversé la courbe du chômage dans les 2 minutes qui ont suivi l’accession de François Hollande à la tête de pays, franchement, c’est normal. Mais c’est la ligne, quoi ! Un Etat se doit d’investir pour relancer l’économie. Ce n’est pas en asséchant les collectivités qu’on va faire tourner les BTP (et quand le bâtiment ne va pas… c’est bien connu). Ce n’est pas en réduisant le budget de la recherche et de l’innovation que nous serons leaders en quoi que ce soit…

Et j’en passe…

En plus il parait que les ‘frondeurs’ sont responsables de tous les maux de la terre (remarque, ça nous change des mères solitaires), alors qu’ils veulent juste qu’on tienne nos engagements, les engagements qu’on a pris auprès des Français… franchement y’a des fois je me pince.

HEUREUSEMENT qu’on a Christiane Taubira !

Et puis (c’est le hasard à nouveau), cet après-midi, je lis sur twitter la com’ du gouvernement avec le hashtag #jaimemacommune. Qui se vante du soutien pérenne envers les communes pour les activités périscolaires.

Et là, ils se foutent de l’adjointe aux affaires scolaires que je suis.

Si on fait une réforme de l’Education Nationale, compétence de l’Etat donc, cela me semble normal que l’Etat paye. Mais au départ, souvenez-vous, c’était aux communes de tout financer… c’est seulement après une gronde générale que le fonds d’amorce est devenu un  fonds de soutien pérenne. Et il faut qu’on ait des gens formés en BAFA… et c’est 45 minutes par jour… jusqu’à ce qu’à l’Arbresle après une longue concertation et co-construction avec tous les acteurs concernés on accouche de notre organisation et de nos objectifs pédagogiques  (parce le parc à bulles et la marelle, ça ne nous intéressait pas trop, hein) pour entendre le nouveau Ministre dire que finalement on pouvait tout regrouper sur une demi-journée. Merci Benoit, mais nous ce sera dans l’esprit initial de la réforme, si ça ne te gêne pas. Donc, si l’Etat pense qu’avec 150 euros par enfant et par an, nous pouvons proposer un projet intéressant, il est ‘un peu’ déconnecté de notre réalité.

Nous, commune, on met la main dans la poche, on la met même bien profond.

Et notre réalité municipale ressemble à une grosse paire de ciseaux. Des dotations d’Etat en baisse, des responsabilités/ compétences et des coûts en hausse. Alors baisser les impôts sur le revenu, je veux bien (ceci dit il y a la moitié du pays qui n’en paie pas, et je ne parle pas de ceux qui sont des professionnels de l’évitement fiscal), mais si c’est pour que les communes soient contraintes d’augmenter les impôts locaux, franchement c’est un jeu auquel on pourra jouer un moment.

On aura juste réussi à creuser les écarts entre ceux qui ont trop et ceux qui n’en ont pas assez. La France reste un pays riche, mais la redistribution est nulle. Parce qu’on a peur de faire fuir les riches ? mais on n’a pas peur de faire crever les pauvres ?

Je rêve d’une remise à plat du système fiscal, mais qui en a les cojones ?

Mon ex-collègue régional et Maire des Fourneaux (vallée de la Maurienne), François Chemin, a expliqué sur son blog pourquoi il n’était pas allé manifester en cette journée nationale d’action (lire son article de blog ici). C’est tout à fait respectable et j’entends certains de ses arguments.

A l’Arbresle, nous avons fait un choix différent. La Mairie est restée ouverte. (Déjà, avant l’élection de la majorité de gauche en 2001 elle n’était jamais ouverte le samedi. Mais devant les difficultés de nos concitoyens à se libérer en semaine pour les démarches d’état-civil, le samedi matin on ouvre.) Par contre on a mis une table à l’accueil, on était plusieurs élus à proposer un café aux gens qui venaient en Mairie (et ça défile !) pour leur expliquer nos difficultés et notre démarche et les inviter à signer la pétition. Expliquer que justement s’ils pouvaient venir le samedi, ça avait un coût. Qu’ils soient conscients du service public que représente la maison commune. Je ne vous fais pas la liste, pour ne pas faire croire à une annonce de coupes imminentes ! Mais regardez bien ce qui est du ressort de la commune… Tous ces trucs du quotidien qui tournent, mais qui manqueraient si on devait faire des coupes budgétaires supplémentaires. Il n’y a plus de gras… on est à l’os déjà.

Et c’est pour cela que nous avons décidé, et malgré la récupération que n’aura pas manqué d’en faire un certain nombre de communes d’un autre bord que le nôtre, de participer à notre manière à cette journée d’action. Parce que ‘qui ne dit mot consent’. Et nous ne consentons pas. 

Alors je remercie ce jeune homme pour ses remarques sympas sur le contenu de mon blog, qu’il trouvait intéressant. J’espère que ce sera à nouveau le cas.

Je le remercie surtout pour ce coup de pied au derrière, de me rappeler que je me suis engagée en politique à cause de mes passions à moi. Passion pour la justice sociale, pour la défense des droits des personnes, pour l’éducation, passion pour ce pays et ce qu’il peut être quand il est bon, quand il est généreux (ce qui ne veut pas forcément dire dépensier), quand il est humaniste, quand il est fort de sa raison et non faible de ses divisions.  Je vais tâcher de parler davantage de ces passions-là dans les mois qui viennent.

Cette crise économique est un terreau fécond pour ceux qui sèment la haine. Continuer dans une politique d’austérité fait le lit des extrêmes. Coupons leur l’oxygène. Remettons l’argent privé et public en circulation pour le bien commun. Le bien de tous. On n’a pas su le faire, mais il va falloir savoir faire.

Partager sur Facebook

1 Comment to “Passions (et savoir-faire)”

  1. Baptiste Celle dit :

    Merci pour cet article empli de passion avec ce ton sincère et engagé qui est le vôtre. Il faut espérer que les élus locaux continuent de faire ce travail de fourmi qui fait avancer grandement notre pays, contrebalançant bien souvent avec le travail des élus nationaux semblant parfois peu enclins à se soucier des citoyens qui les ont élus.

    Merci pour cet échange que je suis désolé de n’avoir pu prolonger le dimanche. En espérant que vous continuiez à nous parler avec convictions comme vous le faites de votre engagement, de votre passion…

Laisser un commentaire

Votre commentaire:

Rechercher sur le site :

La 8e circonscription est la plus vaste des 14 circonscriptions du Rhône. A la fois urbaine et rurale, elle regroupe les cantons d'Amplepuis, l'Arbresle, le Bois d'Oingt, Ecully, Lamure sur Azergues, Tarare et Thizy

Abonnez-vous!

Recevez les dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!

Elus 2.0

Archives